Entretien avec la designer Johanna Huber

Note :  Aucune note.
- Aucun commentaire -
Publié dans Mariage et love story - Mis en ligne le

Elle est amoureuse des belles écritures et de la technique du tampon, elle s’inspire des couleurs de son propre jardin : avec la même curiosité que ses enfants, Johanna Huber effectue un voyage de découverte.

Notre alliée contribue depuis sept ans à la magie du monde des CARTES CEWE en nous prêtant sa patte d’artiste. Nico Lindner, rédacteur chez CEWE, a discuté avec elle – il a par exemple découvert à qui était destinée sa dernière lettre romantique.

Johanna Huber, créatrice des faire-parts CEWE

Les lettres écrites de la propre main de leur expéditeur font battre plus fort le cœur de Johanna Huber.
Photo : studio photo CEWE, Pascal Mühlhausen

Nico Lindner : Madame Huber, vous rappelez-vous encore de vos propres lettres d’amour ?
Johanna Huber : Oui, assez précisément. La présentation des lettres d’amour a toujours été un thème particulièrement important pour moi. J’en ai écrite l’une ou l’autre. Pour chacune d’entre elles, il était naturellement important qu’elles soient écrites à la main. L’écriture devait refléter ma personnalité.
L’écriture est l’un de mes domaines de prédilection, cela se retrouve souvent dans ma vie. Concernant le thème : Il est également important de trouver ses propres mots et de ne pas voler quelque chose, comme copier des poèmes par exemple. Ce que j’apprécie également, et particulièrement dans les lettres d’amour, ce sont les petits détails pouvant être découverts. Par exemple les dessins sur le pourtour qui ne sont pas visibles immédiatement – les détails que le destinataire ne découvre qu’au deuxième regard.

 

Faire-part de mariage

“J’aime les anciennes techniques d’impression – je pense que c’est de là que vient mon intérêt pour les tampons.” Photo : studio photo CEWE, P. Mühlhausen

Quand avez-vous écrit votre dernière lettre d’amour ?

Maintenant encore, j’écris régulièrement de petites lettres, et ce même au quotidien. La dernière, je l’ai écrite il y a à peine deux semaines.

A votre mari, je suppose ?

(rires) Oui, à mon mari.

Typographies pour faire-part de mariage

« L’écriture est l’un de mes domaines de prédilection » – ce penchant se retrouve souvent dans la vie de Johanna Huber.
Photo : studio photo CEWE, Pascal Mühlhausen

De l’amour au mariage : Qu’est ce qui fait que vous vous rappelez particulièrement d’une invitation ou d’une carte de vœux à l’occasion d’un mariage ?
Je trouve effectivement qu’une belle photo du couple est très importante. Le choix du modèle de création adapté permet également de souligner le caractère de l’expéditeur et de celui de la fête. Grâce aux couleurs et aux formes de la carte, le destinataire obtient une première impression et a devant les yeux le rendu visuel. Parmi la multitude de choses que je reçois, je conserve effectivement les cartons d’invitation de ce genre.
Si vous voulez en savoir plus sur la carte de félicitations que j’ai par exemple rédigée à l’occasion d’un mariage : Réfléchissez à ce qui pourrait plaire au couple, à ce qui leur va et est conforme à leurs goûts.
Comment étaient donc les cartons d’invitation à votre propre mariage ? Qu’avaient-ils d’exceptionnel ?
Nous nous sommes mariés il y a sept ans. Compte tenu de tout ce qui doit être fait, nous avions d’abord pensé à faire certaines choses à l’extérieur. Mais nous avons constaté que cela n’était pas possible pour nous deux. Nous devions nous charger nous-mêmes de la présentation. Ça devait convenir, tout simplement.
Nous avons créé, tamponné, marqué et ajouté notre logo sur toutes sortes de choses – de l’invitation et de la carte du menu jusqu’à la chaise longue dans le jardin et les emballages des mouchoirs qui se trouvaient dans l’église.
C’était très long, mais magnifique. Chaque élément était unique jusque dans les moindres détails et nous reflétait totalement.

Johanna Huber, créatrice de faire-parts CEWE

Johanna Huber se rappelle avec plaisir de son propre mariage : « C’était très long, mais magnifique. Chaque élément était unique jusque dans les moindres détails et nous reflétait totalement. »
Photo : studio photo CEWE, Pascal Mühlhausen

Parmi vos modèles de création, lesquels vous sont particulièrement restés en mémoire ?
J’aime beaucoup une série de modèles pour baptême qui était très colorée. D’habitude, pour les baptêmes, les gens choisissent plutôt des tons pastel ainsi que de petits détails délicats et raffinés. Je trouve que mes modèles sont tous très beaux, par exemple ceux qui avaient des formes simples de poissons et qui ne minimisent pas le thème.
J’aime aussi particulièrement certaines de mes techniques de collage qui ont déjà quelques années. Avec différents tissus, couleurs et rubans, ainsi que des éléments de calligraphie, qui me représentent aussi un peu. J’aime bien me considérer comme quelqu’un qui travaille avec les mains.
Parmi ses derniers travaux figurent de nombreux modèles de mariage avec vernissage partiel. Qu’est ce qui les distingue des modèles de création « normaux » ?
Ils jouent également avec un autre élément, comme par exemple la lumière qui est présente. Ils sont encore plus raffinés, en plusieurs couches. Ils ont également une certaine noblesse – et ces nouveaux éléments sont particulièrement adaptés car ils confèrent une touche particulière aux cartes destinées au plus beau jour de la vie.

Création d'un faire-part de mariage

L’experte en création aime beaucoup jouer avec les éléments aléatoires, les détails faits à la main et l’écriture.
Photo : studio photo CEWE, Pascal Mühlhausen

Et où trouvez-vous l’inspiration lorsque vous recevez un nouveau contrat ?
Ma principale source d’inspiration était et est toujours la typographie. Tout ce qui concerne les lettres, l’écriture et les caractères m’inspire. Mes idées viennent également du mon quotidien coloré avec les enfants, qui m’en font voir de toutes les couleurs, ce que je peux transférer dans mes propres conceptions. Ou du jardin : Je m’inspire énormément de la nature. Et pour les couleurs, particulièrement des fleurs et de leurs formes – il est impressionnant de voir les mélanges réalisés par la nature.
Lorsque vous avez trouvé votre source d’inspiration, vous dessinez ensuite directement à la main ?
En fait, je suis une chasseuse et une collectionneuse née. Je collectionne tout ce que je trouve toute l’année – des tampons jusqu’aux cartes ou aux bouts de papier, certaines textures et formes. Lorsque je crée, je farfouille dans toutes mes trouvailles et je feuillète des magazines et des livres, et je recopie et rassemble tout ce qui me plaît.
Je tiens également compte des tendances. Au bout d’un moment, j’obtiens une interface entre les deux – j’en trace alors une esquisse, parfois à la main, mais généralement sur l’ordinateur. Mes documents sont très sauvages et chaotiques, particulièrement au début. Je laisse ensuite passer quelques jours – et un certain ordre finit alors par s’établir. Les éléments se combinent naturellement.

Faire-part de mariage original

Johanna Huber agrémente d’un graphisme particulier les modèles en lien avec les affaires de cœur.
Photo : studio photo CEWE, Pascal Mühlhausen

Comme les personnes qui s’occupent des textes, j’aime beaucoup utiliser de beaux cahiers rigides. En tant que designer, avez-vous un outil préféré ?
Pour moi, c’est définitivement le tampon. Je tamponne. J’ai sculpté dans un tampon tout ce qui m’a plu un jour. J’aime l’image obtenue de cette manière. C’est aléatoire et imprévisible, tout en ayant quelque chose de bureaucratique.
Je trouve ce mélange intéressant parce qu’il est tellement individuel et typique. Il est impossible de le calculer, il n’est pas parfait dans le sens positif du terme et correspond en quelque sorte à ma conception de la vie et à mon idée générale sur la création.
Notre mariage, dont j’ai déjà parlé, était tamponné de haut en bas. C’est quelque chose dont de nombreuses personnes me parlent encore aujourd’hui. On m’associe au tampon.

Faire-part de mariage CEWE

L’experte en création, Johanna Huber, aime beaucoup jouer avec les éléments aléatoires, les détails faits à la main et l’écriture.

Jusqu’où va cet amour ?
Je collectionne des tampons de toutes sortes. Des écrits, des anciennes compositions au plomb, des lettres etc. et je mélange le tout. Lorsque je coupe moi-même des tampons, j’aime bien travailler selon la méthode d’impression classique utilisant des pommes de terre. Mais les gommes ou le caoutchouc cellulaire conviennent également très bien. Je découpe alors mes motifs au cutter ou avec un autre objet tranchant dans ce matériau. J’aime les anciennes techniques d’impression – je pense que c’est de là que vient mon intérêt pour les tampons.
J’ai étudié à une époque à laquelle l’ordinateur n’était pas encore devenu un outil incontournable. Nous avons notamment travaillé avec des monotypes et des lithographies. Mon amour pour les tampons a été précédé par toutes ces techniques. Cela provient simplement du fait que l’on imprime 1:1 et cela a quelque chose d’une poignée de main.
Avez-vous également déjà sculpté un tampon pour les modèles de CEWE ?
Non, je n’ai jamais fait ça. Mais beaucoup de modèles se combinent spontanément avec des surfaces d’impression non homogènes et donnent l’impression qu’il s’agit de tampons. Ils jouent avec des éléments aléatoires, les détails faits à la main et l’écriture. Le style tampon que j’apprécie tellement se retrouve donc également ici.

 

Johanna Huber

« Je collectionne des tampons de toutes sortes. Des écrits, des anciennes compositions au plomb, des lettres etc. et je mélange le tout. »

Mariage 2016 : les tendances

Qu’est ce qui accompagne les couples qui se marient cette année ? Selon Johanna Huber, ce sont notamment les années quatre vingt et les éléments Bauhaus qui occuperont une place importante. Des formes claires et des carrés se complètent avec des couleurs troubles, soulignées par des touches de néon.

Johanna Huber : « Le mariage classique sera également toujours apprécié ». Il se caractérise notamment par des coloris ton sur ton ainsi que des couleurs nobles et discrètes. « De même, les textes vernis et argentés tels que CEWE les propose actuellement pour les CARTES CEWE ne seront jamais démodés. Cela ne changera jamais pour les mariages. »

Tags: